Demain, j’arrête de procrastiner … ou pas !

Demain, 25 mars, est la journée mondiale de la procrastination. Or, s’il existe un mal très courant aujourd’hui, c’est bien celui-là!

D’ailleurs, les livres sur le sujet pullulent. Les solutions ? « Prenez de bonnes habitudes », « faites des listes », « bougez-vous », …

Le problème, c’est que ça ne marche pas. D’abord, il faudrait acheter les livres, puis les lire, puis les mettre en application durablement.

Et même si on finit par s’y mettre dans un grand élan d’enthousiasme, le naturel finit souvent par revenir au grand galop ! Et là, l’estime de soi en prend un coup.

Mais y a-t-il de meilleures solutions ?

Mais pourquoi je procrastine ?

Il y a beaucoup de bonnes raisons de procrastiner …

Au top : « J’ai pas envie … » C’est toujours les mêmes tâches qu’on repousse à plus tard, les tâches les plus pénibles.

Puis viennent :

« C’est trop longtrop compliqué, je n’ai pas le courage de m’y mettre. »

« Je suis trop fatigué-e pour m’y mettre maintenant, je n’ai pas l’énergie. »

« C’est bon, j’ai le temps … », « Une petite partie de Candy Crush, et je m’y mets … »

OK. Mais je fais quoi, moi ? J’en ai assez de toutes ces choses qui ne sont pas faites …

Tout dépend des raisons pour lesquelles vous procrastinez et de votre caractère. Mais voici quelques idées…

1) Adoptez le kanban 

Pour cela, vous pouvez utiliser des applications spécifiques, ou simplement un tableau blanc et des post-it. Divisez votre tableau en trois colonnes à faire, en cours, fait. Vous n’allez pas rayer les tâches au fur et à mesure de leur réalisation, mais les déplacer, d’abord de la colonne à faire à celle en cours (où vous vous limiterez à deux tâches simultanées), puis à la colonne fait. C’est bien plus valorisant, et ça vous évite de vous lancer dans trop de tâches à la fois !

2) Divisez les tâches complexes en tâches plus petites et nettement plus simples à réaliser.

Si vous avez tendance à être paralysé(e) par des tâches qui vous semblent insurmontables, ou trop lourdes, cette technique est pour vous!

Nettoyer la cuisine vous semble une tâche très pénible ? Mais « débarrasser le plan de travail », « lancer une vaisselle », « nettoyer les surfaces de travail », « descendre la poubelle », « mettre un nouveau sac poubelle », « préparer le seau pour nettoyer les sols », « passer un coup de serpillière », « vider le seau », chacune de ces actions est plutôt simple.

Vu comme ça, la tâche semble bien plus simple à réaliser, n’est-ce pas ? Alors, faites vous une to-do list pour chacune de ces tâches qui vous semblent une petite (ou grande) montagne à gravir !

3) Organisez votre emploi du temps de la semaine

Organisez-le sans oublier aucun de vos besoins essentiels et en vous réservant une plage horaire pour les tâches pénibles.

  • Commencez par caser ce qui ne peut être changé et ne dépend a priori pas de vous : horaires de travail, rendez-vous fixés, sorties prévues avec d’autres personnes.
  • Puis, ajouter ce qui VOUS est indispensable : temps avec les enfants et votre conjointtemps de décompression en rentrant du travail, grasse matinée du dimanche matin (si vous avez la chance d’avoir des enfants qui vous laissent ce luxe !), etc.
  • Ajoutez l’inévitable : les courses.
4) Déléguez !

Si vous n’êtes pas célibataire, mais que vous avez l’impression de tenir la maison à bouts de bras, faites participer votre entourage. Les enfants, même petits, peuvent participer aux tâches ménagères. Les hommes aussi (mais oui !).

Peut-être qu’un conseil de famille serait le bienvenu ? Pour le préparer, commencez par lister toutes les tâches qui vous occupent et que vous en avez assez de faire seul-e. Lors du conseil, présentez-la à votre conjoint-e  et à vos enfants. Cela sera peut-être l’occasion d’une prise de conscience salutaire. Et répartissez-vous les tâches, en fonction des capacités et des goûts de chacun.

5) Adoptez la procrastination structurée.

Cette technique, inventée par un professeur de Philosophie de Stanford, John Perry, met à profit vos talents de procrastinateur ou de procrastinatrice et aide beaucoup à déculpabiliser.

Comme dans les techniques habituelles de listes, vous allez commencer par établir la liste de ce que vous avez à faire, y compris à long terme, en commençant par le plus importantOn part du principe que quand on procrastine, on ne fait pas rien. On fait simplement autre chose, quelque chose qui semble moins important, peu productif …

Avec cette technique, vous allez rayer les tâches, les unes après les autres. Pas dans l’ordre, en commençant par la fin, mais vous allez les rayer. Et vous allez aussi vous apercevoir que les choses prioritaires ne le sont pas tant que ça, parce qu’elles sont régulièrement dépassées par d’autres en importance !

5)  Éteignez vos écrans plus tôt

Pour retrouver un meilleur sommeil et davantage d’énergie. Et si vous n’arrivez pas à vous passer de votre smartphone ou de votre tablette, utilisez une application qui filtre la lumière bleue, qui nous empêche de dormir.

Alors, qu’allez-vous choisir ? Procrastiner utilement, déléguer, diviser les tâches ?

Pour ma part, je vais nettoyer la cuisine !

Auteure:

 

Julie Boutard : Libératrice de potentiels et Coach

 

 

Changer… en mieux !

Comment embellir son quotidien au travail pour profiter d’une vie de famille plus épanouie

Comprendre l’enjeu

Les premières personnes impactées par la qualité de notre journée au travail sont nos enfants et notre conjoint. Une belle journée et nous rentrons à la maison parfaitement détendu, le sourire aux lèvres. Des remarques désagréables, du surmenage,  du stress et là, c’est la soupe à la grimace que nous risquons de servir à notre famille pour le diner. Que nous soyons patron, salarié, entrepreneur en solo,…nous avons les moyens d’améliorer notre environnement professionnel et donc d’embellir sensiblement le temps passé à la maison avec ceux que nous aimons. Tentant n’est ce pas ?

 

Pour commencer, un bref constat sur le monde du travail aujourd’hui

Nous passons environ les 2/3 de notre temps « éveillé» dédié au travail. Pas étonnant que la question du bien-être et de l’épanouissement professionnel compte autant. Surtout lorsqu’on sait qu’en France,  les cas de troubles musculo-squelettiques liés au mal être au travail sont passés de 4000 à 40 000 cas par an depuis 95 (chiffres CNAMTS) et qu’une personne sur 2  souffre de stress professionnel. Il est donc essentiel de prendre du recul pour faire le point sur sa situation et voir concrètement comment améliorer son quotidien. Si les jeunes générations savent faire cela avec aisance, les trentenaires et au delà  ont grandi dans la culture de l’entreprise toute puissante et un brin patriarcale. Ils ont besoin d’un peu plus d’entrainement pour être à l’écoute de leurs envies et apprendre à se « deformater ».

Mais bonne nouvelle : le monde du travail est en train de vivre une petite  révolution et les initiatives et propositions d’amélioration fleurissent !

 

Quelques idées faciles à mettre en place

 

Vous êtes patron :

1/ Chouchoutez vos salariés

-Aménagez un espace détente dans vos locaux (vive les canapés, les babyfoots et autres tables de pingpong !)

-Autorisez et dédiabolisez la sieste.

-Et si vous faisiez venir un masseur deux fois par mois pour offrir à chacun une séance régénérante de 20 minutes ?

-Prenez l’avis de vos salariés et encouragez les décisions collégiales, instaurez des rapports de collaboration plutôt qu’une stricte hiérarchie.

-Tout au long de l’année, mettez en place un rituel de célébration des réussites (les petites comme les grandes) et faites couler le champagne !

-Organisez des séminaires annuels axés sur les réalisations et réussites de chacun et du groupe, gros coup de boost assuré ! Gardez les analyses financières pour vos points mensuels. Un temps pour chaque chose.

Soyez exemplaire : faites ce que je dis mais pas ce que je fais, ça ne marche pas.  Vous n’embraquerez personne dans l’aventure si vous ne savez pas montrer la voie.

(Ces suggestions ont été personnellement testées lorsque j’étais salariée. Tout est facilement réalisable. Et les retours pour l’entreprise sont excellents.  Bravo Interval Export )

2/ Instaurez un climat de valorisation et d’encouragement

C’est dans le livre cash et percutant Objectif Zéro Sale Con de Robert Sutton que je découvrais  l’existence d’une étude très intéressante : les chercheurs Andrew Mineur, Theresa Glomb et Charles Hulin ont montré qu’un comportement hostile a un impact 5 fois plus fort sur l’humeur qu’une parole ou un acte agréable et valorisant : il faut donc 5 interactions positives pour compenser les effets d’une seule interaction négative.

Ceci explique bien pourquoi et comment une parole agressive ou un acte qui rabaisse peut influer sur le ressenti général d’une personne. A vous de jouer pour instaurer un climat favorable aux échanges positifs et constructifs!

 

3/ Allez plus loin  et « libérez » vos salariés

Encore une fois une bonne piste pour rendre ses collaborateurs heureux, c’est de libérer le travail. Le salariat tel qu’il fonctionne aujourd’hui est très infantilisant : on vérifie, on encadre, on demande la permission…. Pas étonnant qu’à la moindre petite liberté qui s’offre dans le cadre de l’entreprise chacun  s’y engouffre pour aller reprendre son souffle. Encouragez le télétravail, lâchez du lest sur le reporting à tout-va (chronophage et inefficace !)…il y a 1000 façons de lâcher (la grappe à) vos salariés. Il vous suffit de les voir comme…des adultes ! Libérez et vous verrez, chacun se responsabilisera.

Pour creuser le sujet, procurez-vous Liberté & Cie d’Isaac Getz et Brian Carney. Une lecture très inspirante!

 

 

Vous êtes salarié :

1/Les conseils ci-dessus s’appliquent aussi à vous

Vous pouvez suggérer, proposer, mettre en  place… Montez des projets qui tiennent la route, des dossiers bien ficelés et documentés (par exemple trouver des études qui valident  les bienfaits de la sieste en entreprise si c’est ce que vous voulez instaurer). Puis présentez-les  à vos managers. Ils semblent frileux malgré tout? Proposez une période d’essai: on teste l’idée dans le concret et on fait le bilan dans x temps (fixez une date précise et qui vous semble réaliste pour mettre toutes les chances de succès de votre coté).

Nous sommes tous pleinement acteurs de notre réalité et nous ne devons pas attendre que les choses soient initiées par d’autres pour créer un quotidien épanouissement. Il faut être force de proposition et tourné vers l’action.

Vous pouvez commencer par créer le climat positif nécessaire dont parle l’étude citée précédemment. Complimentez vos collègues, encouragez-les, il n’y a pas de petites valorisations ni de petites réussites! Prenez  toute la mesure de votre potentiel bienfaiteur ! Et la loi de l’attraction fera le reste….si vous êtes quelqu’un de positif et d’encourageant, vous attirerez ce genre d’attitude à votre égard.

2/ Créez-vous un environnement coloré et joyeux

Décorez votre espace de travail comme bon vous semble, avec des tableaux, des fleurs, …cela vous mettra de bonne humeur !

 

 

 

Vous êtes entrepreneurs, profession libérale, chef d’entreprise en solo….

Vous n’avez pas d’excuse !! Bien sur on est souvent seul maître à bord et on se doit d’être sur tous les fronts, surtout au début. Au delà du « devoir » on a parfois tout simplement envie d’y passer ses soirées, ses week-ends,….

Je comprends car j’adore ce que je fais et  pour moi c’est un plaisir de travailler.  Mais j’ai également besoin de ménager des plages horaires 100% dédiées aux enfants et des soirées en amoureux, juste à 2 !

Ne laissez pas les contraintes pros vous envahir dans ces moments  ressourçant, uniques et si précieux de partage et de bonheur. En bonus, ces instants hors du temps permettront de prendre le recul nécessaire pour déployer des idées et solutions innovantes dans le cadre de votre activité.

Et vous quels sont vos petits trucs pour améliorer votre quotidien au travail  et donc votre bien-être et celui de votre famille ?

 

Auteure: Géraldine Casellas

Serial entrepreneure avide de découvertes, elle s’autorise à porter des projets dans des domaines très différents. En plus de ses activités d’officiante de cérémonie laïque pour les mariages  et de chef d’entreprise dans la gastronomie, elle mène actuellement des recherches sur les nouvelles façons  d’envisager la vie professionnelle, en toute liberté, selon SES propres aspirations, sans codes ni limites et accompagne entreprises et particuliers sur le sujet. Géraldine est aussi maman d’un petit garçon et bientôt d’une petite fille.

 

Crédits photos:

https://pixabay.com/fr/reste-relaxation-hamac-700156/

https://pixabay.com/fr/organisateur-organiseur-personnel-791939/