Demain, j’arrête de procrastiner … ou pas !

Demain, 25 mars, est la journée mondiale de la procrastination. Or, s’il existe un mal très courant aujourd’hui, c’est bien celui-là!

D’ailleurs, les livres sur le sujet pullulent. Les solutions ? « Prenez de bonnes habitudes », « faites des listes », « bougez-vous », …

Le problème, c’est que ça ne marche pas. D’abord, il faudrait acheter les livres, puis les lire, puis les mettre en application durablement.

Et même si on finit par s’y mettre dans un grand élan d’enthousiasme, le naturel finit souvent par revenir au grand galop ! Et là, l’estime de soi en prend un coup.

Mais y a-t-il de meilleures solutions ?

Mais pourquoi je procrastine ?

Il y a beaucoup de bonnes raisons de procrastiner …

Au top : « J’ai pas envie … » C’est toujours les mêmes tâches qu’on repousse à plus tard, les tâches les plus pénibles.

Puis viennent :

« C’est trop longtrop compliqué, je n’ai pas le courage de m’y mettre. »

« Je suis trop fatigué-e pour m’y mettre maintenant, je n’ai pas l’énergie. »

« C’est bon, j’ai le temps … », « Une petite partie de Candy Crush, et je m’y mets … »

OK. Mais je fais quoi, moi ? J’en ai assez de toutes ces choses qui ne sont pas faites …

Tout dépend des raisons pour lesquelles vous procrastinez et de votre caractère. Mais voici quelques idées…

1) Adoptez le kanban 

Pour cela, vous pouvez utiliser des applications spécifiques, ou simplement un tableau blanc et des post-it. Divisez votre tableau en trois colonnes à faire, en cours, fait. Vous n’allez pas rayer les tâches au fur et à mesure de leur réalisation, mais les déplacer, d’abord de la colonne à faire à celle en cours (où vous vous limiterez à deux tâches simultanées), puis à la colonne fait. C’est bien plus valorisant, et ça vous évite de vous lancer dans trop de tâches à la fois !

2) Divisez les tâches complexes en tâches plus petites et nettement plus simples à réaliser.

Si vous avez tendance à être paralysé(e) par des tâches qui vous semblent insurmontables, ou trop lourdes, cette technique est pour vous!

Nettoyer la cuisine vous semble une tâche très pénible ? Mais « débarrasser le plan de travail », « lancer une vaisselle », « nettoyer les surfaces de travail », « descendre la poubelle », « mettre un nouveau sac poubelle », « préparer le seau pour nettoyer les sols », « passer un coup de serpillière », « vider le seau », chacune de ces actions est plutôt simple.

Vu comme ça, la tâche semble bien plus simple à réaliser, n’est-ce pas ? Alors, faites vous une to-do list pour chacune de ces tâches qui vous semblent une petite (ou grande) montagne à gravir !

3) Organisez votre emploi du temps de la semaine

Organisez-le sans oublier aucun de vos besoins essentiels et en vous réservant une plage horaire pour les tâches pénibles.

  • Commencez par caser ce qui ne peut être changé et ne dépend a priori pas de vous : horaires de travail, rendez-vous fixés, sorties prévues avec d’autres personnes.
  • Puis, ajouter ce qui VOUS est indispensable : temps avec les enfants et votre conjointtemps de décompression en rentrant du travail, grasse matinée du dimanche matin (si vous avez la chance d’avoir des enfants qui vous laissent ce luxe !), etc.
  • Ajoutez l’inévitable : les courses.
4) Déléguez !

Si vous n’êtes pas célibataire, mais que vous avez l’impression de tenir la maison à bouts de bras, faites participer votre entourage. Les enfants, même petits, peuvent participer aux tâches ménagères. Les hommes aussi (mais oui !).

Peut-être qu’un conseil de famille serait le bienvenu ? Pour le préparer, commencez par lister toutes les tâches qui vous occupent et que vous en avez assez de faire seul-e. Lors du conseil, présentez-la à votre conjoint-e  et à vos enfants. Cela sera peut-être l’occasion d’une prise de conscience salutaire. Et répartissez-vous les tâches, en fonction des capacités et des goûts de chacun.

5) Adoptez la procrastination structurée.

Cette technique, inventée par un professeur de Philosophie de Stanford, John Perry, met à profit vos talents de procrastinateur ou de procrastinatrice et aide beaucoup à déculpabiliser.

Comme dans les techniques habituelles de listes, vous allez commencer par établir la liste de ce que vous avez à faire, y compris à long terme, en commençant par le plus importantOn part du principe que quand on procrastine, on ne fait pas rien. On fait simplement autre chose, quelque chose qui semble moins important, peu productif …

Avec cette technique, vous allez rayer les tâches, les unes après les autres. Pas dans l’ordre, en commençant par la fin, mais vous allez les rayer. Et vous allez aussi vous apercevoir que les choses prioritaires ne le sont pas tant que ça, parce qu’elles sont régulièrement dépassées par d’autres en importance !

5)  Éteignez vos écrans plus tôt

Pour retrouver un meilleur sommeil et davantage d’énergie. Et si vous n’arrivez pas à vous passer de votre smartphone ou de votre tablette, utilisez une application qui filtre la lumière bleue, qui nous empêche de dormir.

Alors, qu’allez-vous choisir ? Procrastiner utilement, déléguer, diviser les tâches ?

Pour ma part, je vais nettoyer la cuisine !

Auteure:

 

Julie Boutard : Libératrice de potentiels et Coach

 

 

Changer… en mieux !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :